© 2020 by Lisa Ouakil. All rights reserved.

Rebecca, 2018

 

Une jeune fille, Marlène, raconte la disparition d’une de ses anciennes amies, Rebecca, dont elle vient de recevoir une lettre.
 

Le film évoque la notion d'absence et nos réactions face à celle-ci. Il explore les différences entre vérité et souvenir, ainsi que le rôle de l'imagination qui se veut salvatrice.

 

C'est l'entre-deux vu comme une faille, une brèche. Làoùl’on glisse. Làoùl’on s’engouffre. Un trou ou un appel d’air. C’est aussi l’incertitude, l’indécision, le moment oùnos pieds sont comme en sursaut au dessus du gouffre, avant qu’ils ne reposent ànouveau sur le sol. L’entre-deux comme l’espace entre deux mondes ou l’espace entre deux mots.

 

Est-on face à une actrice répétant son texte, ou à une personne internée dans un hôpital psychatrique, ou qui nous raconte simplement une histoire ?

>> visible du 22 juin au 14 juillet 2018 à La Galerie Épisodique.

111bis blvd de Ménilmontant 75011 Paris

 

Rebecca, 2018

A young girl named Marlène tells the story of an old friend's disappearance, Rebecca, from which she just received a letter.

The film talks about the notion of absence and how we cope with it. The differences between truth and memories, and the saving role of imagination.

 

The film relate to the in-between as a breach. The space between two worlds or two words.


As viewers, we don't know who Marlène is and where is she, it could be an actress repeating her lines, a girl in a mental hospital...

 

The film was made for a gallery exhibition in Paris, at La Galerie Épisodique, which was entitled "The In-Between", June 22th - July 14th 2018.

111 bis bvld de Ménilmontant 75011 Paris
 

Pression à Froid, 2017 

 

Le film raconte l’histoire d’une jeune fille, Gisèle, qui travaille avec des gangsters pour protéger son frère. Un mardi, la jeune fille reçoit un sac du chef de gang, qu’elle doit donner à un homme de main le vendredi suivant. Qu’y a t-il dans ce sac ? Est-ce pour tuer son frère?

En parallèle, Gisèle rencontre tous les matins, au même endroit un jeune homme avec qui elle noue une relation amoureuse. Petit à petit tout s’imbrique. 

 

Le film est marqué de plans à la temporalité longue qui font écho à des tableaux presque photographiques. Il est articulé autour de la volonté de détricoter les codes du polar, de la fausse piste mais aussi d’explorer le lien filial, amoureux et le rapport à l’enfance. D’apparence classique, le film dérape et glisse dans des zones floues, non explicites, où les questions et les réponses s’entrechoquent. 

Cold Pressure, 2017

The film tells the story of a young girl named Gisèle, who is working for gangsters in order to protect her brother. On a tuesday, she receives a bag from the head of the gang, that she must give to a henchman next friday. What is in this bag ? Is it to kill her brother ?

Meanwhile, Gisèle meets every morning, at the same place, a young man with whom she starts a love relationship.

Progressively, everything interlock.

The film is punctuated by shots of long durations that tends toward paintings and still photographs. It is built around the idea of playing with the codes of polar genre, with false leads, but it is also an exploration of filial bond and love, in relation to childhood. In some regards, Cold Pressure relates to a classical narrative scheme, but then, it slides in fuzzy and blurred areas, non explicit, where questions and answers collide.

Dare to let your light shine in the darkness, 2014

EXTASE, 2014 

 

RESONANCE, 2012

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now